top of page

Revue littéraire n°3 : Dark Matter de Blake Crouch, entre thriller et manipulation mentale

Si au sens technique du terme, Dark Matter de Blake Crouch est indéniablement un livre de fiction, on comprend rapidement en se plongeant dans ce thriller passionnant qu’il est bien plus que juste un livre : c’est un portail vers d’autres dimensions de la réalité.


Imaginez qu’à chaque fois que vous faites un choix, des milliers de nouveaux univers se créent : des univers dans lesquels vous avez fait un choix différent, des univers dans lesquels votre vie aurait été totalement différente. Nous nous sommes tous déjà demandé si notre vie aurait été différente, meilleure, si nous avions pris une autre décision à un moment donné. Crouch fonde son roman sur cette idée de multivers, s’inspirant de l’expérience du chat de Schrödinger : le chat, enfermé dans une boîte, est à la fois mort et vivant. Loin de faire pour autant de ce livre un roman scientifique, l’auteur nous immerge avec brio dans cette théorie de la superposition des univers alternatifs.



Ce roman met donc en avant Jason Dessen (un parmi les milliards qui existent), un physicien qui a laissé derrière lui ses rêves de créer « la superposition quantique d’un objet » pour vivre comme professeur à Chicago. Après avoir été kidnappé et drogué, il se réveille dans une version de Chicago qui n’est pas la sienne : il n’est pas marié, n’a pas d’enfant, et est un physicien mondialement reconnu qui a trouvé un moyen d’avoir accès à un nombre infini d’univers. Prêt à tout pour retrouver son propre monde, Jason traverse diverses versions cauchemardesques de Chicago, à la dérive dans l’espace du néant entre les différents univers et à la recherche d’un grain de sable sur une plage infinie.


Ces voyages à travers les univers nécessitant l’utilisation d’un mystérieux produit psychoactif dont les quantités sont limitées, nous nous retrouvons dans un compte à rebours paniquant tant pour le personnage que pour le lecteur qui n’a d’autre choix que de vivre émotionnellement ce thriller. Dark Matter est un roman rapide, une sensation accentuée par l’écriture saisissante de Crouch qui ne nous laisse pas le temps de reprendre notre souffle entre les moments où Jason regarde quelqu’un qu’il aime se faire tirer une balle dans la tête, ou meurt de faim et de froid dans des Chicago post-apocalyptiques, ou se retrouve dans un univers incroyablement similaire au sien mais pas tout à fait identique. La lecture de ce thriller est comme une véritable course jusqu’à l’arrivée tant on ne peut s’arrêter, avec une touche finale si intelligente et époustouflante qu’elle vous laissera sans voix.


On explore donc avec Crouch ce fantasme du chemin que nous n’avons pas emprunté qui aurait pourtant peut-être été meilleur. ­On le vit, même. Ce roman nous force par la manipulation mentale à remettre en question chaque décision que l’on prend ou que l’on a pu prendre. Que se passerait-il si ces autres versions de nous-mêmes pouvaient traverser la membrane microscopique qui sépare notre univers du leur ? Et si elles aimaient notre vie plus que la leur et choisissaient de prendre notre place ? Crouch nous pousse à nous questionner sur la nature même de l’identité, de notre unicité en tant qu’être, et sur l’incertitude qui entoure notre existence. Plus qu’un thriller, Dark Matter est une aventure psychologique qui nous transforme.

42 vues0 commentaire
bottom of page